Acteur du progrès thérapeutique, Roche développe des traitements et des services innovants tout au long du parcours de vie des patients. Roche présente l’intérêt d’être sur toute la chaîne de la santé, de la prévention au traitement en passant par le diagnostic.
 

Parce que nous avons choisi de placer l’innovation médicale au cœur de notre activité, nous consacrons près de 20% de notre chiffre d’affaires à la R&D. Fin 2017, notre pipeline comprenait 72 entités moléculaires(1) en développement dans plusieurs aires thérapeutiques (cancérologie, maladies inflammatoires, neurosciences, immunologie, maladies infectieuses), dont 10 en phase III et en cours d’enregistrement.

Cancer, Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques ou autisme… les pathologies sur lesquelles nous concentrons nos travaux ont toutes un fort impact humain et socio-économique. C’est aussi le cas des maladies rares et de l’antibiorésistance, autres thématiques sur lesquelles Roche est engagé.

Apporter des réponses aux défis rencontrés par les personnes malades implique de prendre en compte tout leur parcours de vie. Fort de ce prisme global, nous agissons en amont de la maladie en nous intéressant à ses facteurs, nous travaillons sur des logiques de prévention, nous soutenons les politiques publiques de dépistage et de diagnostic plus précoce et nous améliorons ainsi la prise en charge thérapeutique du patient.

2,6 milliards de dollars (2)

C’est le coût moyen pour chercher et développer un médicament, soit 2 fois plus qu’en 2000 et 6 fois plus qu’en 1990.

14 ans (2) 

C’est la durée moyenne pour trouver et lancer un nouveau médicament en 2000. Elle était de 10 ans en 1990.


Apporter de nouveaux espoirs dans le traitement des cancers
 

Avec 72 nouvelles molécules en R&D dont 27 en cancérologie(3), le groupe Roche dispose d’un très large portefeuille de nouveaux médicaments à l’étude au sein de l’industrie pharmaceutique.
 

Roche a fait de la France un territoire stratégique en matière de recherche clinique, consacrant l’expertise et le rayonnement des équipes françaises de recherche, notamment hospitalières. En 2017, cette démarche a permis à 30 543 patients d’être inclus dans 296 essais cliniques dont Roche est promoteur ou soutien(4) (respectivement 178 et 118 essais). De nouvelles voies de traitement sont ainsi étudiées, telles que l’immunothérapie, dont l’objectif est de rendre au système immunitaire du patient sa capacité à lutter contre le cancer.

En 2017, 43 études sur 10 molécules en immunothérapie, incluant 1 845 patients étaient menées. 6 nouvelles molécules complètent ce portefeuille en 2018. Très prometteuses, elles pourraient transformer des maladies mortelles en maladies chroniques. Roche a par ailleurs signé fin 2016, un accord avec la société américaine BioNtech pour développer des vaccins thérapeutiques personnalisés contre le cancer. Les résultats de toutes ces études figurent sur les registres indépendants publics comme www.clinicaltrials.gov et www.eudract.ema.europa.eu. Elles sont accessibles aux chercheurs sur demande.

 


Concentrer nos efforts de recherche sur les maladies neurologiques
 

Les neurosciences sont chez Roche un domaine de R&D majeur afin d’apporter des réponses à des pathologies à fort impact humain et socio-économique(6).

Avec 16 nouvelles molécules en R&D dans le domaine des neurosciences, nous espérons mettre au point de nouvelles options thérapeutiques pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson ou d’autisme. Pour la maladie d’Alzheimer, l’Institut Roche participe avec des chercheurs de l’AP-HP à une étude d’imagerie innovante et inédite, IMABio3, qui cherche à identifier des biomarqueurs prédictifs de l’évolution de la maladie.
 

Des tests sont également développés par Roche Diagnostics pour détecter de manière précoce la présence de marqueurs spécifiques à cette maladie, tels que la protéine bêta amyloïde et la protéine Tau. Nous nous mobilisons aussi pour la sclérose en plaques, qui touche plus de 100 000(7) personnes en France.

Un nouveau traitement vient d’être homologué dans les différentes formes de sclérose en plaques, maladie neurodégénérative qui est la première cause de handicap non traumatique chez l’adulte jeune(8)

En savoir plus sur Roche et les maladies neurologiques
 


Répondre aux besoins thérapeutiques non satisfaits
 

Pour Roche, la santé doit concilier réponse aux attentes des patients et efficacité de la prise en charge tout au long du parcours de vie. Grâce à notre excellence scientifique, nous développons des médicaments qui sauvent ou prolongent un nombre important de vies chaque année.

 

 

Sources

  1. Rapport annuel groupe Roche 2017
  2. Etude EFPIA 2017
  3. Rapport annuel groupe Roche 2017 
  4. Quand l’initiative vient d’un autre investigateur-promoteur. 
  5. “Reduction in late mortality among 5-year survivors of childhood cancer” Gregory T. Armstrong, Yan Chen Yutaka Yasui in The New England Journalof Medicine, 2016
  6. Les maladies neurologiques représentent un coût de 800 milliards d’euros par an soit 1,5 million d’euros par minute (source : Commission activities in the area of Brain). 
  7. Ministère des Solidarités et de la Santé au 31 mai 2017. Solidarites-sante.gouv.fr. 
  8. Ministère des Solidarités et de la Santé. 
  9. Selon la définition de l’Union européenne. 
  10. “Tackling Drug-resistant infection globally ” in the review of antimicrobial Resistance chaired by Jim O’Neil, may 2016.
  11. Sondage IFOP pour la Fondation Roche déc 2016 – Les jeunes, lorsqu’ils sont diagnostiqués précocément. leur santé, l’accès aux soins.