Le diagnostic du cancer du foie est établi par l’équipe médicale après plusieurs examens spécifiques. Le cancer du foie représente un défi permanent pour les personnes atteintes et pour leurs proches.Si votre médecin vous en a parlé ou si vous êtes un proche d’une personne atteinte, vous trouverez ici des informations détaillées sur la maladie, sur les méthodes de diagnostic et sur les traitements, qui vous permettront de mieux comprendre cette maladie.

Le foie fait partie de l’appareil digestif. C’est un des organes les plus volumineux du corps et s’étend en longueur sur une vingtaine de centimètres. On peut le repérer en mettant sa main sur la droite de l’abdomen, sous les dernières côtes.

Le foie se divise en deux lobes : un droit volumineux et un gauche plus petit. Seul un quart de son volume total est nécessaire pour le faire fonctionner normalement.

Il possède d’importantes capacités de régénération. En effet, si on retire une partie du foie, de nouvelles cellules se développeront rapidement jusqu'à ce que le foie retrouve sa taille et son fonctionnement normal.

C’est un organe vital dont les rôles sont nombreux :

  • stockage du glucose et des graisses ;

  • nettoyage de l’organisme en éliminant les toxines ;
    (par exemple, les substances chimiques des médicaments ou l'alcool)

  • production de la bile nécessaire à la digestion des graisses ;

  • fabrication des protéines nécessaires à la coagulation du sang ;

Le cancer du foie, aussi appelé carcinome hépatocellulaire, est une tumeur (c’est-à-dire une prolifération anormale des cellules) qui s’est formée dans le foie. C’est pourquoi on parle aussi d’hépatocarcinome1.

Le cancer du foie est le plus souvent détecté à un âge avancé.celui-ci étant souvent découvert lors d’une échographie2.

* Données de 2017

10 580 nouveaux cas de cancer du foie ont été enregistrés en France en 20182

Il touche très majoritairement les hommes (80 % en France)2

On distingue plusieurs types de cancer du foie en fonction de l’origine de la tumeur :

  • Cancer primitif du foie : appelé(CHC), c’est une tumeur qui s’est développée à partir de cellules hépatiques. Ce cancer est causé par une multiplication anormale des cellules hépatiques (les hépatocytes). Plus le cancer progresse, plus il élimine les cellules hépatiques saines. Le plus souvent, il apparaît sur un foie endommagé par une maladie déjà existante (comme la cirrhose). Ce type de cancer représente 90 % des cancers du foie1. Il existe également des formes plus rares de cancers primitifs du foie :

    • le cholangiocarcinome qui se développe à partir des cellules des canaux biliaires ;

    • l’hémangioendothéliome épithélioïde qui se développe à partir des vaisseaux sanguins.

  • Métastases hépatiques : c’est-à-dire des tumeurs qui se sont détachées d’une tumeur située dans un autre organe que le foie, on parle alors de tumeurs secondaires.

Il existe différentes causes et différentsresponsables d’un cancer du foie. Les plus fréquents sont les suivants3,4 :

  • consommation excessive d’alcool ;

  • hépatite B ou C chronique ;

  • tabagisme ;

  • désordres métaboliques comme le diabète, le surpoids et l’obésité, pouvant conduire à un excès de graisse dans le foie ;

  • troubles du métabolisme, par exemple du métabolisme du fer (hémochromatose) ;

  • toxines des moisissures, dites aflatoxines.

Le carcinome hépatocellulaire survient dans 90 % des cas sur une cirrhose du foie.

Cette dernière n’est pas toujours le résultat d’une consommation excessive d’alcool : elle peut aussi être provoquée par une maladie inflammatoire chronique, impactant donc l'état du foie1.

Toute personne exposée à un risque accru de cancer du foie, parce qu’elle présente plusieurs facteurs de risque par exemple, devrait se faire examiner tous les six mois et être vigilante à l’apparition de4.

Pour, le médecin recherche la présence de facteurs de risque, vérifie vos antécédents médicaux et pose des questions sur la présence éventuelle de symptômes. Cet examen clinique et cet interrogatoire sont complétés par un certain nombre d’examens complémentaires afin de confirmer le diagnostic :

  • Examens par imagerie médicale : une échographie abdominale permet d’observer le foie et les organes abdominaux. Si elle révèle la présence une masse suspecte, un scanner (tomodensitométrie [TDM]) et / ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) fourniront des images plus précises permettant de constater l’étendue de la maladie et d’éventuelles métastases3.

  • Biopsie (prélèvement d’échantillons de foie). Cette intervention apporte plus de précisions : est-ce une tumeur maligne ? S’agit-il d’une tumeur primitive ou de métastases (tumeurs secondaires)3 ?

  • Bilan sanguin qui comprend un bilan de la fonction hépatique mais qui recherche aussi la présence de marqueurs tumoraux. Ce sont des substances libérées par les tumeurs dans le sang. Le marqueur spécifique pour le cancer du foie est l’alpha-foetoprotéine (AFP)3.

  • En plus de l'échographie et de l'IRM, le médecin peut aussi avoir recours à une fibroscopie. Cet examen consiste à explorer le haut du tube digestif avec un endoscope (un tube souple de petit diamètre muni d’un éclairage et d’une caméra). Il permet de visualiser la présence de varices sur l’oesophage, signes d’une hypertension portale : un élément à prendre en compte dans les différents traitements1.

N’hésitez pas à consulter votre médecin sans attendre en cas de symptômes et faites-vous examiner. Plus un cancer du foie est détecté à un stade précoce, meilleures sont les chances de guérison.

Il n'existe pas despécifique au cancer du foie, les symptômes sont généralement liés à la cirrhose qui accompagne le cancer.

Un cancer du foie s’accompagne de certains symptômes que l’on n’associe pas tout de suite à la maladie, comme la fatigue généralisée ou le manque d'appétit. Ces symptômes ne sont pas à prendre à la légère, consultez votre médecin traitant pour qu’il vous examine et vous adresse si nécessaire vers d’autres spécialistes.

Lorsque le foie est atteint d’un cancer, il existe différentes méthodes de diagnostic possibles. Les patients à risque devraient notamment se faire examiner régulièrement.

Il existe différentsceux-ci dépendent du stade de progression du carcinome hépatocellulaire lors de son diagnostic et de l’état de santé du patient1,6,7.

Résection partielle du foie

s’il continue à fonctionner normalement malgré la tumeur.

Thérapies ciblées

Traitements agissant sur des mécanismes spécifiques aux cellules cancéreuses.

Immunothérapie

Traitements permettant de stimuler les défenses immunitaires de l'organisme contre les cellules cancéreuses.

Chimiothérapie par chimioembolisation

Cette technique associe une chimiothérapie injectée dans le foie à un blocage du sang qui alimente la tumeur (une embolisation). Pour cette intervention, il n’est pas nécessaire d’ouvrir l’abdomen puisque le produit est amené jusqu’au foie par un vaisseau sanguin.

Transplantation hépatique

(également appelée greffe d’un foie sain) dans le cas où le foie ne fonctionne plus normalement. Cette méthode permet de retirer la tumeur et de traiter la cirrhose.

Ablation percutanée

La destruction tumorale à travers la peau est une alternative à la chirurgie et réalisable dans certaines conditions. Cette technique utilise la chaleur (radiofréquence) ou le froid (cryothérapie) pour détruire la tumeur avec une aiguille à travers la peau sans ouvrir l'abdomen.

Ces traitements peuvent être complétés par des traitements symptomatiques. Il s’agit de l’ensemble des techniques médicales utilisées pour prendre en charge les symptômes du cancer du foie.

Sources

  1. Le cancer du foie en questions. Fondation A.R.C.A.D. 2017.

  2. Les cancers du foie. Fondation ARC. 2011.

  3. Société Canadienne du cancer. Symptômes du cancer du foie. Accessible sur https://cancer.ca/fr/.

  4. Centre Hépato-Biliaire Paul Brousse. Diagnostic du Carcinome Hépatocellulaire. 2014. Accessible sur : https://www.centre-hepato-biliaire.org/.

  5. Les traitements du cancer du foie, collection Guides patients Cancer info, INCa, octobre 2011.

  6. La prise en charge du cancer du foie. HAS. Décembre 2010.

  7. Costentin, C et al. Parcours de soins du patient atteint de carcinome hépatocellulaire en France : état des lieux en 2017. Bull Cancer. 2017 Sep;104(9):752-761

M-FR-00007158-1.0 - Établi en août 2022

Ce site Internet contient des informations sur des produits qui s'adressent à un large public et peut contenir des renseignements ou informations sur différents produits qui ne sont pas accessibles ou valables dans votre pays. Nous déclinons toute responsabilité quant à l'accès à de telles informations qui ne seraient pas conformes à toute exigence légale, réglementation, enregistrement ou usage en vigueur dans votre pays d'origine.