La grippe est une maladie respiratoire infectieuse qui a marqué l'histoire à travers différentes pandémies à l'échelle mondiale. Ces pandémies ont eu un impact considérable sur la santé publique, l'économie et la société dans son ensemble. Seuls les virus influenza de type A peuvent être à l’origine des pandémies grippales.

Les pandémies de grippe les plus marquantes à ce jour :

  1. La Pandémie de Grippe Espagnole (1918-1919) : L'une des pandémies de grippe les plus meurtrières de l'histoire. La grippe espagnole a touché près d'un tiers de la population mondiale. Cette pandémie a conduit au décès de 20 à 50 millions de personnes (estimation), bien plus que le nombre de morts de la Première Guerre mondiale. Le virus responsable de cette pandémie appartenait au sous-type H1N1 du virus de la grippe.

  2. La Pandémie de Grippe Asiatique (1957-1958) : Cette pandémie a été causée par un virus de sous-type H2N2 et a commencé en Asie avant de se propager dans le monde entier. On estime qu'elle a causé entre 1 à 4 millions de décès.

  3. La Pandémie de Grippe de Hong Kong (1968-1969) : Également connue sous le nom de grippe de 1968, cette pandémie a été causée par un virus de sous-type H3N2. On lui attribue une surmortalité de 1 à 4 millions de personnes dans le monde.

  4. La Pandémie de Grippe A(H1N1) (2009-2010) : Cette pandémie, souvent appelée la grippe porcine, a été causée par un virus de sous-type H1N1. Bien que moins mortelle que la grippe espagnole, elle a causé des milliers de décès à l'échelle mondiale.

Malgré les progrès réalisés dans la surveillance et la prévention des pandémies de grippe, il existe toujours des risques de futures épidémies voire pandémies, en particulier liées à la grippe aviaire (H5N1). Le virus de la grippe aviaire est naturellement présent chez les oiseaux sauvages et peut se propager aux oiseaux domestiques, notamment les volailles. Bien que la transmission directe de la grippe aviaire aux humains soit rare, le risque potentiel de mutation du virus en une forme hautement transmissible entre humains préoccupe les experts en santé publique.

  • La surveillance du virus H5N1 : un outil essentiel pour la prévention3


    La surveillance du virus H5N1 est essentielle pour détecter rapidement tout signe de mutation ou de propagation accrue chez les oiseaux ou les humains. Les autorités sanitaires, en collaboration avec les organisations internationales telles que l'OMS et l'Organisation mondiale de la santé animale (OMSA), surveillent de près les foyers de grippe aviaire chez les oiseaux sauvages et domestiques.


    Les programmes de surveillance comprennent le suivi des oiseaux migrateurs, la détection précoce des foyers chez les oiseaux de basse-cour, les enquêtes épidémiologiques et le séquençage génétique du virus. Ces efforts permettent de mieux comprendre l'évolution du virus H5N1 et de prendre des mesures préventives pour limiter la transmission à l'homme.


    Les pandémies de grippe ont ainsi laissé leur empreinte sur l'histoire, rappelant la vulnérabilité de l'humanité face aux maladies infectieuses. Alors que la science et la médecine ont fait des progrès significatifs dans la lutte contre la grippe, il est crucial de rester vigilant face aux risques de futures pandémies, en particulier liées à la grippe aviaire H5N1. La surveillance active du virus et les mesures préventives sont essentielles pour atténuer les effets dévastateurs d'une éventuelle pandémie et protéger la santé mondiale.

  • Une approche « One Health » pour gérer le risque sanitaire lié à la grippe aviaire3

    En parallèle des actions de surveillance, la coordination des actions préventives et thérapeutiques s’avère essentielle afin d’apporter une réponse globale au risque sanitaire que pourrait représenter la grippe aviaire.

    Cette approche intègre des aspects environnementaux, de santé animale et humaine :

  1. la vaccination animale et humaine ;

  2. la gestion des foyers aviaires (surveillance des élevages, vaccination des volailles, destruction des élevages infectés, confinement des élevages potentiellement exposés à des oiseaux migrateurs infectés) ;

  3. l’intégration des effets du changement climatique sur le risque aviaire ;

  4. l’évolution des pratiques d’élevage ;

  5. une approche thérapeutique diversifiée chez l’Homme ;

  6. la préparation d’une réponse à une éventuelle future pandémie ;

  7. des recherches multidisciplinaires (fondamentale, médicale, sociétale, humaine et vétérinaire, modélisations éco-épidémiologiques) ;

  8. des campagnes d’information et de communication.

Cette approche est détaillée dans l’avis du Comité de Veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars) du 8 juin 2023 relatif au risque sanitaire de grippe aviaire lié à l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP).


Sources

  1. Institut Pasteur. Grippe. Octobre 2019, consulté le 5 septembre 2023 :

  2. OMS, Pandemic Influenza Risk Management, 19 mai 2017, consulté le 5 septembre 2023 :

  3. Covars, Risque sanitaire lié à l’IAHP et la grippe aviaire, 8 juin 2023.

M-FR-00010433-1.0 - Établi en février 2024

Ce site Internet contient des informations sur des produits qui s'adressent à un large public et peut contenir des renseignements ou informations sur différents produits qui ne sont pas accessibles ou valables dans votre pays. Nous déclinons toute responsabilité quant à l'accès à de telles informations qui ne seraient pas conformes à toute exigence légale, réglementation, enregistrement ou usage en vigueur dans votre pays d'origine.