Comprendre l'immunothérapie

L'immunothérapie du cancer consiste à stimuler le système immunitaire du patient pour cibler et tuer les cellules tumorales.

 

« Roche travaille en oncologie depuis plus de 50 ans, et nos scientifiques ont une connaissance approfondie du cancer et de la biologie du système immunitaire. Ensemble, les chercheurs des institutions du réseau imCORE et les chercheurs Roche partageront leurs données et leurs technologies afin d’identifier et investiguer les pistes les plus prometteuses en recherche préclinique et clinique. Cela pourrait générer de vraies transformations pour la prise en charge des patients atteints du cancer dans le monde »

Les maladies ciblées par l’immunotérapie

L’immunothérapie n’est pas un concept nouveau. Les avancées récentes dans ce domaine permettent aujourd’hui de les utiliser dans un nombre croissant de cancers.

 En savoir plus
 


Le cancer de la vessie

Dans le cancer de la vessie métastatique, l'immunothérapie est une alternative intéressante face à la seule chimiothérapie. 

 En savoir plus


 


Le cancer du poumon

Le cancer du poumon est le cancer le plus répandu dans le monde. Il est aussi un de ceux sensibles à l’immunothérapie.

 En savoir plus
 

#Ne jamais renoncer
 

dfb

Révolution en marche, l’immuno-oncologie est une nouvelle forme de traitement qui devrait permettre d’allonger la durée de vie des patients atteints de cancer.

 

Hervé a découvert il y a 5 ans qu’il souffrait d’un cancer du poumon. Il y a deux mois, il a choisi de rejoindre un groupe de 50 volontaires atteints de cette maladie. Tous ces patients ont reçu un traitement baptisé « immunothérapie », destiné à rééduquer leur système de défense.

 

« Mon quotidien étant très affecté par mon cancer, j’ai souhaité participer à une étude clinique en espérant vivre mieux grâce à ces nouveaux traitements »


Mais en quoi consistent-t-ils au juste ? Dans un souci de pédagogie, Sebastian Amigorena, chercheur à l’Institut Curie, compare l’immunothérapie à la vaccination : « lorsqu’on vaccine, on injecte une bactérie ou un virus sous forme modifiée non pathogène, afin de stimuler la réponse immunitaire et faire en sorte que l’organisme s’en souvienne et puisse se défendre. En cancérologie, on ne peut pas faire de vaccination car on ne sait pas à l’avance quel type de cancer va se développer chez chaque patient, mais on peut utiliser ce principe pour combattre le cancer une fois qu’il s’est déclaré. »


Comprendre les mécanismes du cancer pour mieux les déjouer

Le principe de l’immunothérapie paraît donc simple : développer le système immunitaire des patients pour traiter les tumeurs. Il s’agit de ne s’attaquer qu’aux cellules cancéreuses, sans toucher aux cellules saines. En pratique, l’approche est beaucoup plus complexe, d’autant que les cellules cancéreuses développent des stratagèmes pour échapper au système immunitaire.

 En savoir plus