#ASCO2019
Roche annonce des avancées prometteuses
pour mieux répondre aux besoins non couverts des patients atteints de cancer.


La 55e édition du congrès annuel de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) se déroule du 31 mai au 4 juin 2019, à Chicago (Etats-Unis). Pour Roche, l'actualité de cet événement majeur en cancérologie est marquée par des résultats prometteurs dans la prise en charge des besoins non couverts pour les patients, en particulier en oncopédiatrie et dans le cancer du sein dit « triple négatif ».

Le congrès de l’ASCO, un rendez-vous annuel incontournable de la cancérologie
 

Organisé par la société savante américaine d’oncologie médicale, le congrès de l’ASCO réunit des spécialistes venus du monde entier pour les tenir informés des dernières innovations thérapeutiques en cancérologie. L’événement rassemble chaque année près de 32 000 professionnels de toutes disciplines dans un même objectif : mieux soigner les patients atteints de cancer.

Roche intervient dans la plupart des sessions de ce congrès pour présenter de nouvelles données autour de 17 molécules innovantes, dans 27 types de cancers différents. Une présence qui témoigne de son engagement sur tous les fronts de la lutte contre le cancer, au plus près des besoins des patients. Parmi les résultats les plus prometteurs, Roche a partagé de belles avancées cliniques, en particulier dans le traitement des cancers pédiatriques et des cancers du sein dits "triple négatif".

Quelques chiffres clés

382 0001 nouveaux cas de cancers en 2018 en France métropolitaine

35 000 professionnels de toutes disciplines réunis à l’#ASCO2019 dans un même objectif : mieux soigner les patients atteints de cancer

N°1 Roche est le n°1 mondial des biotechnologies en oncologie

17 molécules contre le cancer présentées par Roche lors de ce congrès majeur en oncologie

212 essais cliniques en cancérologie dont 10 pédiatriques impliquant 422 patients en France

4
 essais cliniques de phase précoce en oncologie soutenus par Roche en France, dans le cadre de sa collaboration avec l’INCa



De nouvelles perspectives de prise en charge des cancers pédiatriques.
 

Aujourd’hui, si 80 %2 des enfants atteints de cancer peuvent être guéris, notre responsabilité est de développer des traitements pour couvrir les besoins existants en onco-pédiatrie. 
Fort de son engagement dans la recherche en cancérologie pédiatrique, Roche a récemment découvert une petite molécule ciblant un grand nombre de cancers pédiatriques rares, dont les tumeurs cérébrales. Les données présentées à l’#ASCO2019, auprès de la communauté scientifique et médicale internationale, annoncent une avancée dans la prise en charge des tumeurs rares de l’enfant, de l’adolescent et du jeune adulte.

 

                    


Par ailleurs, afin d’accélérer le progrès médical et l’accès aux thérapies innovantes : en France, Roche concrétise l’« open innovation », en signant l'an passé une convention de collaboration avec l’Institut National du Cancer (INCa), dans laquelle le Groupe s’engage à mettre à disposition à titre gracieux trois molécules innovantes de son pipeline et le test génomique FoundationOne, pour soutenir la réalisation d’essais cliniques de phases précoces.

Enfin, les enfants n’étant pas des « petits adultes », des essais cliniques adaptés à la maturité physiologique de l’enfant sont indispensables. Roche a créé pour cela le programme global iPODD, « Innovative Pediatric Oncology Drug Development » - un groupe multidisciplinaire dont l’objectif est de faire progresser le développement des médicaments pour les enfants, chaque nouvelle molécule faisant l’objet d’un plan d’investigation pédiatrique.


Des stratégies innovantes de traitement des cancers du sein dits « triple négatif »
 

Près de 9 femmes sur 103 guérissent aujourd’hui de leur cancer du sein. Ce chiffre encourageant recouvre pourtant de multiples réalités, car il n’y a pas un mais des cancers du sein. Parmi eux, les cancers dits 
"triple négatif", qui touchent environ 9 000 patientes4 (soit 15%5 des femmes atteintes d’un cancer du sein en France). La prise en charge de ces cancers est complexe car ils ne présentent pas de marqueur connu à la surface des cellules cancéreuses, susceptible de répondre à une thérapie ciblée connue.

En confirmant à l’#ASCO2019 les résultats positifs d’un essai clinique international combinant immunothérapie et chimiothérapie pour traiter les femmes atteintes d’un cancer du sein triple négatif, Roche ouvre de nouvelles perspectives de traitement de ces types de cancer, les premières depuis plus de 20 ans.
 

                    

 

Vers une introduction plus précoce des traitements innovants dans la prise en charge des cancers
 

Thérapies dites « ciblées », biothérapies, immunothérapies… La prise en charge du cancer a connu des évolutions majeures ces dernières années. Aux côtés des thérapies traditionnelles que sont la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie, les thérapies innovantes sont ainsi venues compléter l’arsenal thérapeutique des médecins pour mieux prendre en charge leurs patients atteints de cancer. Leur intérêt est qu’elles visent le mécanisme défaillant de la cellule cancéreuse en épargnant les cellules normales du corps, contrairement à la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Parallèlement, la chirurgie - qui reste l’un des moyens les plus efficaces de traitement du cancer lorsque cela est possible - est de plus en plus souvent indiquée dans le cadre d’un traitement multimodal des cancers6. En France, où ces pratiques restent souvent conservatrices, il est généralement d’usage d’associer la chirurgie aux thérapies traditionnelles.

Les acteurs de santé commencent toutefois à s’interroger sur la pertinence de l’introduction plus précoce des thérapies innovantes dans le traitement des cancers. A cet effet, Roche développe des essais cliniques, en particulier dans le cancer du sein.

 

L’engagement de Roche en oncologie


Roche est engagé dans la lutte contre les cancers depuis plus de 50 ans, guidé par la volonté d'innover pour donner plus de chances aux patients. Ainsi, grâce à sa recherche d’excellence, Roche a contribué aux progrès significatifs réalisés ces 20 dernières années dans la prise en charge des cancers les plus fréquents (cancer du sein, du poumon, du côlon, de l'estomac…), mais aussi de cancers plus rares (mélanome, cancer de l’ovaire, du col de l’utérus…). Aujourd’hui, notre portefeuille de produits, parmi les plus prometteurs de l’industrie pharmaceutique, répond à des besoins médicaux non satisfaits, en particulier en cancérologie et en hématologie.

Dans un système de santé en pleine mutation, de nombreux défis mettent en avant deux impératifs à concilier : contribuer à la maîtrise des dépenses de santé tout en garantissant aux patients l’accès aux innovations thérapeutiques. Nous avons choisi de passer d’un modèle traditionnel qui met le médecin et le médicament au centre de ses activités à un modèle centré sur le patient et l’accès aux innovations thérapeutiques.

Pour le patient, nous voulons proposer et valoriser une offre de solutions intégrées composée de traitements innovants bien sûr et aussi de diagnostics, de données de vie réelle et de services qui vont dans le sens de l’accompagnement des patients et de la soutenabilité du système de santé.

 

ASCO 2019 : Décryptage en 3 points clés par le Professeur Jean-François Morère




ASCO 2019 : Retour en images sur le congrès



Pour aller plus loin…


La génomique au service de la prise en charge des cancers 

En acquérant Foundation Medicine Incorporation (FMI) en 2018, Roche a conforté son leadership dans le domaine de la génomique, et ambitionne de franchir un nouveau cap dans la lutte contre les cancers.

En savoir plus 


Vers le financement des innovations thérapeutiques basé sur des données de vie réelle

Avec le programme PRM (Modèles de Remboursement Personnalisé), Roche propose d’adapter le financement des médicaments à leur valeur réelle et d’optimiser ainsi la prise en charge des patients.

En savoir plus

 

Sources

  1.  Le cancer en chiffres – Fondation ARC pour la recherche contre le cancer
  2. “Reduction in late mortality among 5-year survivors of childhood cancer” Gregory T. Armstrong,Yan Chen Yutaka Yasui in “The New England Journal of Medicine, 2016”
  3. Le cancer en chiffres – Fondation ARC pour la recherche contre le cancer (22/03/2019)
  4. Gobbini E. Eur J Cancer. 2018;(96):17–24.
  5. Ibid
  6. Source : https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-traitements/Chirurgie