Les avancées de la pratique clinique dans la sclérose en plaques

Paulo Fontoura, MD, PhD, Directeur du développement clinique en neurosciences

Paulo Fontoura, MD, PhD, Directeur du développement clinique
en neurosciences, nous raconte.

“ J’ai travaillé pendant de nombreuses années comme neurologue et chercheur universitaire dans la sclérose en plaques (SEP). Quand j'ai commencé, au début des années 90, la majorité des patients que je rencontrais, présentaient une forme avancée de la maladie et recevaient seulement un traitement stéroïdien à fréquence réduite ou d'autres médicaments immunosuppresseurs. Nous ne pouvions pas faire grand-chose pour modifier le cours de la maladie à ce moment-là. Cela a progressivement changé avec la mise à disposition de traitements de fond. ”


"Petit à petit, l'accent mis sur le diagnostic précoce et le traitement a été renforcé, y compris l'utilisation de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) pour le diagnostic et le suivi de la maladie. Une nouvelle génération de patients a commencé à apparaître - ceux qui ont été traités très tôt après l’apparition de la maladie et qui ont reçu une éducation thérapeutique."

“ Nous avons alors découvert que la maladie peut être active et provoquer des lésions même lorsque les patients ne présentent pas de signes ou de symptômes, et en dépit des traitements alors disponibles. ”

"Cette activité endommage le système nerveux et la myéline (gaine protectrice qui recouvre les fibres nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière), ce qui peut conduire à une invalidité. Nous savons maintenant que nous devons aller au-delà du contrôle des symptômes pour tenter de supprimer complètement l'activité de la maladie.

Malgré les progrès de la pratique clinique, les personnes atteintes de SEP ont beaucoup à nous apprendre. J'eu le privilège de travailler en étroite collaboration avec de nombreux patients, et je leur suis reconnaissant d’avoir partagé leur expérience et leurs connaissances.

C’est aussi grâce à eux que notre équipe s’est engagée à améliorer la compréhension biologique de la SEP. Nous espérons contribuer à une meilleure prise en charge de la maladie. L’histoire de la SEP continue de s’écrire."