E-cigarette : utilisations et opinions




Selon les résultats de l’enquête EDIFICE réalisée en 2014 sur une population âgée de 40 à 75 ans, les consommateurs d’e-cigarette représentent 6% dont 5% de fumeurs actuels et 1% d’anciens fumeurs (Fig. 1). La grande majorité (88%) consomment des e-cigarettes contenant de la nicotine [3].

  

Les enseignements de l'observatoire "EDIFICE" Roche :


• Profil des utilisateurs d’e-cigarette


Les utilisateurs d’e-cigarette sont plutôt des hommes et sont plus dépendants à la nicotine que les non-utilisateurs [3].

• La perception du risque de cancer du poumon est plus élevée chez les utilisateurs d’e-cigarette


Dans la population des fumeurs, les utilisateurs d’e-cigarette sont 61% à penser qu’ils ont un risque accru de cancer du poumon. Alors que moins de la moitié (46%) des fumeurs ne consommant pas d’e-cigarette s’estiment à plus haut risque de cancer du poumon que la moyenne de la population [3].

• Croyances sur l’utilité de l’e-cigarette pour arrêter de fumer



Dans la population générale, plus de la moitié des personnes interrogées (58%) perçoivent l’e-cigarette comme un moyen de réduire sa consommation de tabac, puis comme un moyen d’arrêter de fumer (31%). Alors que pour les utilisateurs, l’e- cigarette est avant tout un moyen d’arrêter de fumer (69%).
L’e-cigarette permettrait de réduire la mortalité par cancer du poumon

Un tiers des utilisateurs d’e-cigarette pensent qu’elle permet de réduire la mortalité par cancer du poumon alors que les non utilisateurs ne sont que 13 % à le penser.


• Croyance sur la toxicité de l’e-cigarette


Environ la moitié des personnes interrogées dans la population générale pensent que la vapeur d’une e-cigarette est moins toxique que la fumée de cigarette classique, pour le fumeur lui- même (42%) et pour l’entourage (54%, tabagisme passif. Les utilisateurs d’e-cigarette abondent dans cette opinion : ils sont largement convaincus que la vapeur d’e-cigarette est moins toxique que la fumée du tabac, pour eux-mêmes (68%) comme pour leur entourage (87%) [3]. Les utilisateurs d’e-cigarette sont plus conscients des risques liés au tabac [3].

Lire aussi Perception du risque de cancer du poumon

  

  

Répartition de la population interrogée  selon  l’utilisation  faite  de  l’e-cigarette  (individus de 40 à 75 ans)

Fig. 1 : Répartition de la population interrogée selon l’utilisation faite de l’e-cigarette (individus de 40 à 75 ans)