Roche annonce une collaboration avec l'Institut national du cancer

roche-inca

  

L’accès précoce aux innovations thérapeutiques pour les patients français est un objectif majeur du plan cancer 3. Les équipes de Roche Pharma France partagent cet objectif et sont mobilisées pour permettre un accès plus rapide aux molécules issues de la recherche du Groupe.

Roche et l'INCa annoncent avoir signé une convention de collaboration visant à évaluer 3 molécules anticancéreuses de Roche, dans des essais cliniques de phases I-II qui seront conduits par la communauté oncologique académique.

Dans ce cadre, l'INCa lance aujourd’hui un appel à projets dont l'objectif est de sélectionner des projets d'études cliniques de phase précoce évaluant ces molécules dans des indications autres que celles du plan de développement clinique de Roche. Pour ces essais, Roche met également à la disposition des CLIP2 le test génomique FoundationOne à titre gracieux, afin d'établir le profil moléculaire tumoral des patients.

Cet appel à projets est exclusivement destiné aux centres du réseau CLIP² (labellisés par l’INCa pour la recherche clinique précoce). 

En 2010, l’INCa a labellisé 16 centres (CLIP²) d’essais de phases I-II, afin de soutenir la structuration de la recherche clinique en cancérologie. Reconduite en 2015, cette labellisation a été élargie aux centres pédiatriques. Aujourd’hui, 16 centres sont labellisés, dont 6 pouvant prendre en charge adultes et enfants. 

Le texte complet de l'appel à projets, le dossier de candidature et les informations confidentielles relatives aux molécules sont diffusés aux CLIP² par l’INCa. Ces derniers ont jusqu’au 29 mars à minuit pour soumettre leurs projets. La liste des essais retenus sera dévoilée en juillet 2018.

La Fondation ARC contribuera au financement de cet appel à projets avec l’INCa. 

« Roche se réjouit de cette collaboration avec l’INCa, qui permet une mise à disposition précoce élargie de 3 de nos molécules innovantes pour les patients et les investigateurs, via le réseau CLIP² », précise le Dr Michaël Lukasiewicz, directeur médical de Roche Pharma France.