Qu'est ce que le diabète ?

Le diabète est une maladie chronique caractérisée par une augmentation anormale du taux de sucre dans le sang. Véritable préoccupation de santé publique, sa prévalence ne cesse d’augmenter en raison du style de vie et du vieillissement de la population. Une prise en charge efficace permet au patient de vivre normalement et de réduire les complications qui y sont liées.

Les types de diabète

On parle communément « du » diabète mais il existe en réalité plusieurs types de diabète qui se manifestent et se traitent différemment. 

  • Le diabète dit de type 1

Appelé anciennement diabète insulino-dépendant ou juvénile, il est lié à une absence totale de sécrétion d’insuline par le pancréas. Il apparaît généralement brutalement chez les enfants ou les jeunes adultes. Il nécessite d’apporter de l’insuline au patient plusieurs fois par jour par injection ou par pompe.

Le diabète de type 1

La survenue du diabète de type 1 reste encore partiellement inexpliquée mais il pourrait être lié à des facteurs génétiques et/ou environnementaux. Le nombre d’enfants (0-14 ans) atteints de diabète de type 1 augmente d’environ 3% par an (source : Atlas du diabète de la FID, 7e édition, 2015). Il se déclare chez des enfants de plus en plus jeunes.

 

  • Le diabète dit de type 2

Autrefois appelé diabète non insulino-dépendant ou de la maturité, le diabète de type 2 résulte d’une production insuffisante d’insuline par le pancréas associée à une mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme. Il affecte habituellement les personnes de plus de 40 ans. Contrairement au diabète de type 1, le diabète de type 2 peut dans un premier temps être pris en charge avec des mesures hygiéno-diététiques avant d’être traité par des antidiabétiques oraux puis par l’insuline.

Le diabète de type 2

L’âge, la sédentarité, le surpoids, les habitudes alimentaires et les antécédents familiaux constituent des facteurs de risque de ce type de diabète. En 2015, un adulte sur onze dans le monde est atteint de diabète. 52% sont des hommes (source : IDF DIABETES ATLAS – Seventh Edition – 2015)

 

  • Le diabète gestationnel 

Il apparaît au cours de la grossesse. Le surpoids (IMC>25) , une prise de poids excessive pendant la grossesse, l’âge de la femme (>35 ans) et des antécédents de diabète gestationnel sont des facteurs de risque de ce diabète.

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel disparaît le plus souvent après la naissance de l’enfant. Pendant la grossesse, il est important de le surveiller afin d’éviter les complications pour la mère (hypertension, pré-éclampsie, césarienne, possibilité de devenir diabétique de type 2 plus tard) et l’enfant (poids de naissance > 4 kg, risque d’hypoglycémie néonatale, possibilité de devenir diabétique de type 2 plus tard).

Quels sont les signes du diabète ?

Symptômes :

Diabète de type 1. L’apparition du diabète est soudaine. Elle s’accompagne des symptômes suivants : une soif anormale et une bouche sèche, un besoin fréquent d’uriner, une fatigue et un manque d’énergie, une forte perte de poids malgré un appétit augmenté, des infections récurrentes, une difficulté de cicatrisation et une vision trouble.

Diabète de type 2. Plus sournois, ce diabète évolue durant de nombreuses années de manière silencieuse.

Modalités de diagnostic :

Glycémie à jeun égale ou supérieure à 1,26g/l, à deux reprises, réalisée au laboratoire de biologie médicale.


Les complications du diabète 

Avec un diabète de type 1 ou de type 2, plus les glycémies sont restées longtemps mal contrôlées, plus le risque de complications est important à long terme. Un dépistage, un suivi régulier et une glycémie équilibrée permettent de les prévenir et d’éviter les complications métaboliques aiguës. Aujourd’hui bien connues, les complications majeures liées au diabète sont de deux types : 

  • macrovasculaires : infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux et ischémie des membres inférieurs.

  • microvasculaires : rétinopathie, neuropathie et néphropathie.

Environ 5 millions de personnes, âgées de 20 à 79 ans, sont décédées dans le monde des conséquences du diabète en 2015, soit un décès toutes les 6 secondes (source : Atlas du diabète de la FID, 7e édition, 2015). Près de la moitié (46,6 %) est enregistrée chez les personnes de moins de 60 ans. (source : Atlas du diabète de la FID, 7e édition, 2015)

Les complications ophtalmologiques du diabète

Les complications en chiffres

- une complication ophtalmologique est retrouvée chez 8% des patients en France métropolitaine [1]

- un risque cardio-vasculaire multiplié par 2 [2]

- un risque d’insuffisance rénale chronique multiplié par 9 [2]

- 8 000 cas d’amputation par an en France [2]

 

La prise en charge du diabète

Les principes généraux de la prise en charge du diabète sont ainsi de surveiller et de corriger l’hyperglycémie des deux types de diabète. 

La prise en charge du diabète

A ce jour, aucun traitement ne permet de guérir du diabète mais grâce aux progrès de ces dernières années, il est possible de vivre « presque » normalement avec un diabète. D’où l’importance d’un dépistage précoce, d’un traitement adapté pour prévenir des complications mais surtout d’un investissement du patient nommé plus spécifiquement « observance »*.

(*Ce terme désigne l’adhésion à mesurer et à réguler sa glycémie tout en respectant certaines règles de vie)
 

Le traitement du diabète 

Le traitement du diabète de type 1 s’effectue par l’injection d’insuline plusieurs fois par jour (ou en continu grâce à une pompe). Il est associé à un contrôle régulier de la glycémie pour adapter les doses d’insuline.

Le saviez-vous ?

L’insulinothérapie est un traitement complexe. Les doses d’insuline varient en fonction de différents facteurs (composition des repas, activité physique prévue ou non au cours de la journée, stress, etc.) Les patients traités par insuline doivent mesurer leur taux de sucre dans le sang plusieurs fois par jour pour adapter leur traitement.

 

Les patients diabétiques de type 2 doivent modifier durablement leurs habitudes de vie en adoptant une alimentation équilibrée et en pratiquant une activité physique régulière afin d’améliorer l’équilibre glycémique.

Une prescription progressive de médicaments antidiabétiques oraux est souvent nécessaire au bout d’un certain temps. 25% des patients auront recours à l’injection d’insuline une à plusieurs fois par jour. (source : «Etude longitudinale Patient » menée par Quintiles IMS pour Roche Diabète – 2017) L’autosurveillance glycémique des patients du diabète de type 2 n’est pas systématique. Elle dépend du traitement et devient pluriquotidienne en cas d’injection d’insuline.

Le saviez-vous ?

En cas d’excès de poids, une perte de poids même modérée limite le taux de sucre et de graisses dans le sang, agissant sur la glycémie. A raison de 30 minutes par jour à intensité modérée, faire du sport, marcher, bricoler, jouer avec ses enfants et petits-enfants suffisent à lutter contre la sédentarité.

 

Diabète et prescriptions de dispositifs médicaux

Les prescriptions des dispositifs médicaux
Diabète et prescriptions de dispositifs médicaux

Les dispositifs d’autosurveillance de la glycémie sont prescrits par les médecins et sont délivrés en officines. Les lecteurs de glycémie et les autopiqueurs sont remboursés à 100%.

Le remboursement des consommables (bandelettes) varie selon le traitement. Les pompes à insuline sont prescrites par le diabétologue dans des centres référents et installées par les prestataires de santé à domicile. 

 

L’Assurance Maladie assure 100% de remboursement au titre de l’Affectation de longue durée (ALD) pour :

  • La location d’une pompe et la formation technique initiale

  • Le forfait journalier (fournitures et livraison des consommables, des accessoires, astreinte technique 24h/24, intervention à domicile, entretien)

Les enjeux médico-économiques du diabète 

Vieillissement de la population, sédentarité et augmentation du nombre personnes en surpoids ou obèses. Voici les principaux responsables de la pandémie du diabète de type 2. On estime qu’en 2040, 642 millions de personnes (source : Atlas du diabète de la FID, 7e édition, 2015) seront traitées pour le diabète dans le monde. 

Les enjeux médico-économiques du diabète

Les nombreux acteurs dans le parcours de soins

De nombreux acteurs sont impliqués dans le parcours de soin du patient : médecins généralistes, diabétologues et endocrinologues, pharmaciens, infirmières, diététiciens, prestataires de santé, mais aussi ophtalmologues, pédicures/podologues et kinésithérapeutes pour prévenir les complications. 

Le coût du diabète

Pris en charge par l’Assurance Maladie au titre de l’affection de longue durée (ALD), le diabète occupe une place importante au sein des dépenses de santé des ALD en France. Parmi ces dépenses, les complications s’y distinguent car elles entraînent des hospitalisations qui représentent le premier poste de dépense de la pathologie.

Le diabète en chiffres 


Une pandémie silencieuse

  • 415 millions de personnes diagnostiquées diabétiques dans le monde en 2015 [3]

  • 3,5 millions de patients traités pharmacologiquement en France en 2016 (5 % de la population) dont 3,3 millions diabétiques de type 2 [4] 

  • 1 personne sur 5 non diagnostiquée en France en 2016 [5]
  • 700 000 diabétiques en France sont traités par insulinothérapie [6]
  • 221 230 nouveaux patients diabétiques de type 1 et 2 en ALD en 2015 en France [7]

Une préoccupation de santé publique

  • 622 Mds€ de dépenses de santé liées au diabète dans le monde en 2015 [8]

  • 8 Mds€ des dépenses affectées au diabète en France en 2014 [9]

  • 11 % des dépenses de santé liées au diabète en France en 2015 [10]

  • 17 Mds€ consacrés aux remboursements par an en France [11]

  

Sources

  1. Données ENTRED 2007
  2. http://invs.santepubliquefrance.fr//beh/2015/34-35/pdf/2015_34-35.pdf
  3. IDF DIABETES ATLAS – Seventh Edition – 2015
  4. IMS, LTD étude longitudinale patient, CMA août 2016, patients
  5. Opac.invs.sante BEHN°9 mars 2016
  6. Opac.invs.santé. BEH n°37-38 / 2016 / dossiers thématiques / prévalences du diabète traité par insuline par classe d’âge de 5 ans en 2012, France (hors Mayotte)
  7. Ameli https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/affection-de-longue-duree-ald/incidence/incidence-des-ald-en-2015.php
  8. IDF DIABETES ATLAS – Seventh Edition – 2015
  9. Rapport au ministre chargé de la Sécurité sociale et au Parlement sur l’évolution des charges et des produits de l’Assurance Maladie au titre de 2017
  10. Médecine des maladies Métaboliques – Octobre 2015 – Vol.9 – N°6
  11. IDF Atlas 2015 - http://ceed-diabete.org/fr/le-diabete/les-chiffres/